SPRACHE
Leichte
Sprache
Menü
15.04.2020

Les Etats Africains vulnérables ont besoin d'un fonds pour leurs dettes

L'académicien sud-africain Danny Bradlow plaide pour un fonds spécial de protection contre les spéculateurs autour de la dette africaine.

Bild: von Hamdia Traoré, FES Avec les magasins fermés à Bamako, Mali et ailleurs, la dette des économies africaines va s'accroître.

Dix-huit dirigeants africains et européens, déclarant que « seule une victoire mondiale tenant pleinement compte de l'Afrique peut mettre fin à cette pandémie » (https://www.ft.com/content/8f76a4c6-7d7a-11ea-82f6-150830b3b99a), sollicitent un programme de soutien économique de 100 milliards de dollars pour l'Afrique. Ils soutiennent également un « moratoire immédiat sur tous les paiements de dette bilatéraux et multilatéraux, publics et privés » jusqu'à ce que la pandémie soit passée.

Si ces actions devaient certainement aider l’Afrique, elles ne constitueraient qu’une solution partielle aux problèmes actuels de la dette de l’Afrique. Les pays africains doivent environ 130 milliards de dollars de dette à long terme aux créanciers privés. Cela représente environ un tiers de la dette totale de l'Afrique, mais elle représente environ 55% des intérêts annuels dus par l'Afrique à ses créanciers.

La majeure partie de cette dette prend la forme d'obligations. Leur prix a chuté sur les marchés financiers. Par exemple, les dettes angolaises et zambiennes se négocient à environ 35c sur le dollar.

Etant donné que le FMI prévoit que l'économie mondiale va décroître d'environ 3% cette année et que l'OMC prévoit que le commerce mondial en 2020 pourrait diminuer de 13 à 30%, il est probable que le coût des obligations africaines restera dépressif. Malheureusement, ces coûts réduits n’affectent pas les obligations du service de la dette de l’Afrique.

Cela crée une situation propice à l'exploitation par les spéculateurs. Ils peuvent acheter des obligations bon marché dans l’espoir qu’ils seront en mesure d’exiger le remboursement intégral des gouvernements débiteurs - et de poursuivre tout débiteur qui récuserait. Ils ont réalisé des profits exorbitants avec cette stratégie par le passé. Ils l'ont utilisé contre environ douze pays africains et un certain nombre d'autres pays à travers le monde, notamment l'Argentine.

Certains Etats ont adopté des lois pour décourager ces vautours. Mais ils sont aptes à utiliser leurs avoirs en dettes pour contraindre les pays débiteurs à accorder la priorité à leur dette par rapport à d'autres obligations, y compris envers leurs propres citoyens.

Pour atténuer le risque de spéculation, je propose (https://theconversation.com/the-big-asks-africa-needs-to-table-with-the-imf-and-world-bank-heres-the-list-135768) que la communauté internationale puisse créer un « Fonds pour les dettes des économies vulnérables » pour aider les pays africains à faire face aux exigences des créanciers privés. Ce fonds, géré par un conseil d'administration indépendant représentant toutes les parties prenantes, pourrait être financé par les gouvernements, les fondations, les institutions financières, les entreprises et les particuliers et ferait deux choses.

Premièrement, il achèterait la dette des Etats africains éligibles sur les marchés financiers au prix du marché (c'est-à-dire avec les fortes remises actuelles) et promettrait de mettre en œuvre un arrêt de la dette sur la dette qu'il détient. Il s'engagerait également qu'une fois que l'économie mondiale recommencera à croître, il collaborera avec les débiteurs africains pour s'assurer que la dette ne constitue pas un fardeau indu pour leurs efforts de reconstruction de leurs économies. Ces actions et leur impact éventuel sur le prix de la dette devraient contribuer à dissuader les spéculateurs.

Deuxièmement, le fonds proposé plaiderait pour que tous les autres créanciers du secteur privé s'engagent à accorder un moratoire à la dette aussi longtemps que durera la crise et, au cas par cas, à envisager une renégociation de la dette après la fin de la crise. Il devrait leur rappeler que les principales institutions financières, telles que Blackrock, et les groupements d'entreprises, comme la Business Roundtable des Etats-Unis, ont récemment soutenu que les entreprises, y compris les institutions financières, devraient servir les intérêts de toutes leurs parties prenantes et ne devraient pas prioriser les intérêts de leurs actionnaires. Les parties prenantes comprennent leurs emprunteurs et les tierces parties innocentes - tels que les citoyens - affectés par leurs actions et décisions.

En outre, de nombreuses institutions financières détenant des dettes de pays africains ont des politiques environnementales, sociales et relatives aux droits de l'homme qui les obligent à se conformer à toutes les normes internationales applicables dans leurs opérations.

Cette crise est pour eux l'occasion de montrer que ces déclarations publiques ne sont pas de la simple rhétorique mais représentent un changement significatif dans leur façon de faire des affaires.


Danny Bradlow est Professeur de Droit International de Développement et des Relations Economiques Africaines SARCHI, Centre pour les Droits de l'Homme, Université de Pretoria, Afrique du Sud, Email : danny.bradlow@up.ac.za

(Französische Übersetzung der englischen Originalversion)

Südafrika


Referat Afrika

Leitung

Henrik Maihack

Kontakt

Konstanze Lipfert

Hiroshimastraße 17
10785 Berlin

030-269 35-74 41

030-269 35-92 17

E-Mail-Kontakt


Ansprechpartner_innen

Wir freuen uns, wenn Sie mit uns in den Austausch treten.

Hier finden Sie unsere Ansprechpartner_innen nach Regionen und Themen.

weiter

nach oben