SPRACHE
Leichte
Sprache
Menu
  • Bildung, Arbeit, Digitalisierung
    • Bildung und Wissenschaft
    • Arbeit
    • Digitalisierung
  • Demokratie, Engagement, Rechtsstaat, Kommunalpolitik
    • Demokratie
    • Engagement
    • Rechtsstaat
    • Kommunalpolitik
  • Flucht, Migration, Integration
    • Migrationspolitik
    • Integrationspolitik
    • Flüchtlingspolitik
    • Fluchtursachen
  • Gender, Jugend
    • Gender Matters - Geschlechtergerechtigkeit
    • Jugend
  • Geschichte, Kultur, Medien und Netzpolitik
    • Geschichte
    • Kultur
    • Medien und Netzpolitik
  • Gewerkschaften und gute Arbeit
    • Gewerkschaften international
    • Gewerkschaften national
  • Politik für Europa
    • Souveränes Europa
    • Demokratisches Europa
    • Wirtschafts- und Sozialpolitik in Europa
    • Friedens-und Sicherheitspolitik
  • Die Welt gerecht gestalten
    • Frieden und Sicherheit
    • Klimawandel, Energie und Umwelt
    • Weltwirtschaft und Unternehmensverantwortung
    • Internationale Gemeinschaft und Zivilgesellschaft
  • Wirtschaft, Finanzen, Ökologie, Soziales
    • Wirtschaft
    • Finanzen
    • Ökologie
    • Soziales
29.04.2020

Luttes pour de nouvelles normes après Corona

L'auteur zimbabwéen Takura Zhangazha demande ce qui devrait se passer pour un scénario progressiste après la pandémie.

Image: of Nicholas Seun Adatsi La distanciation sociale comme nouvelle norme : un supermarché à Accra, au Ghana

Une expression désormais courante qui accompagne l'épidémie mondiale de Covid-19 est que « les choses ne seront plus jamais les mêmes / normales ». Il y a de nombreuses questions concomitantes quant à sa pleine signification.

La plus importante parmi celles-ci serait : « Qu'est-ce qui était normal avant ? » Une autre étant : « Qu’est-ce qui se passe en fait ? »

Même si nous ne parvenons pas à obtenir une réponse satisfaisante à ce qui précède, nous devrons également nous poser une troisième question qui intervient en deux parties : « Qu'est-ce qui va changer et qu'est-ce qui devrait changer ? »

La première question est peut-être la plus simple à répondre. Avant l’apparition de Covid-19, il existait des « normes » multiformes dans nos différents pays ; en grande partie en nous basant sur la classe.

Les riches peuvent normalement s'attendre à tomber malades et à recevoir les meilleurs soins médicaux. Les classes moyennes, tout en aspirant à être riches, peuvent profiter des modes de vie consuméristes associés à l'économie néolibérale : achat de voitures, petites propriétés, accès à des soins de santé privés, éducation, restauration rapide, films, etc.

La classe ouvrière (travail urbain et rural) dans son contrat formel et informel avait une norme caractérisée par des pertes d'emplois, de faibles revenus et un manque d'accès à des services sociaux de base adéquats comme la santé, l'éducation et les transports publics abordables. Le tout avec l’agitation continu d'une carotte populiste néolibérale, affirmant que le marché libre fonctionne pour tout le monde. Alors qu'en réalité ce n’est pas le cas, et n'a jamais été conçu pour l’être.

En considérant ce qui était normal avant Covid-19, il est juste de dire que ce n'était pas un état équitable ou juste des affaires mondiales ou économiques. Un point qui pourrait être perdu pour bon nombre d’entre nous dans le Sud mondial, car une fois encore, nous allons être soumis à un déluge de « solutions » telles que définies par le Nord mondial.

L'autre question cruciale à laquelle il faut répondre concerne ce qui s'obtient au moment de la pandémie. C’est précisément en ce qui concerne le fait que ce qui se produit maintenant aura un impact énorme sur une « norme » post-Covid-19.

L’arrêt temporaire du capitalisme mondial ne signifie pas nécessairement qu'il est mort ou mourant. Au contraire, ce qui est évident, c'est qu'avec l'aide des plans de relance des gouvernements, il se prépare à un retour encore plus solide. Que ce soit dans les activités des compagnies aériennes, des mines, de l’industrie et des marchés financiers. 

Dans nos contextes africains, un certain nombre de gouvernements ont adopté une approche corporatiste de Covid-19. Courtisant les capitaux privés, ils fonctionnent dans les paramètres de la responsabilité sociale des entreprises. Tout en éprouvant la nécessité d’unir nos forces, nous devons faire attention pour ne pas laisser notre gouvernement nous conduire vers un « capitalisme catastrophique » désagréable. Ce dernier étant un système dans lequel les capitaux privés profitent pleinement d'une crise pour s’imposer et profiter des services sociaux.

Ou bien encore, la décimation du secteur informel au nom du rétablissement de la « normalité urbaine » (lue comme la normalité des élites) aux activités commerciales ou économiques.

Le capital privé a également commencé par réduire ses effectifs et à licencier des travailleurs, en particulier dans les secteurs tertiaires. Le problème étant qu'en raison de l'affaiblissement du syndicalisme, les travailleurs n'ont pas d'autre choix que d’être congédiés avec la promesse de potentiellement retrouver leur emploi si les choses reviennent à la « normale ». Un développement très improbable. Même si les entreprises obtiennent un « plan de sauvetage » des gouvernements centraux, la probabilité que l’argent reçu soit destiné aux salaires ou aux moyens de subsistance des travailleurs à court ou à long terme est limitée. Nous l'avons vu en 2008 avec la crise financière mondiale.

La dernière question comporte une partie analytique et normative : Que va-t-il se passer et que devrait-il se passer s’agissant d’une nouvelle normalité progressiste ?

Ce qui est susceptible de se produire là où Covid-19 est endigué sur le plan mondial, c'est qu'au départ le capital privé tentera d’en profiter. Les débats relatifs aux hôpitaux et équipements médicaux deviendront le principal lexique de nombreux pays par crainte d'un retour de Covid-19.

En outre, il y aura une augmentation de la surveillance numérique. Encore une fois comme le proposent techniquement les grandes entreprises de télécommunications avec leurs équipements de haute technologie (dont votre téléphone portable). Le droit à une sorte de vie privée numérique sera sacrifié sur l'autel des hypothèses d'intérêt de santé publique.

Et que devrait-il se passer en cas de retour à une « nouvelle normalité » ? Ceux d'entre nous de gauche pensent que l'Etat doit revenir en tant que principal garant de tous les services publics tels que la santé, les transports, l'éducation, l'accès à l'eau et la libre expression. Je mentionne délibérément la liberté d'expression parce que c'est toujours dans l'intérêt du public. A l'heure actuelle, elle reste contrôlée soit par des fonctionnaires de l'Etat, soit par des oligarchies des médias ; au plan mondial.

Après Covid-19, nous serons toujours confrontés au défi historique de garantir les droits de tous les êtres humains à une vie de dignité et d'égalité. Au milieu des blocages, nous devons affiner notre capacité à poursuivre ces valeurs dans leur universalité organique. Tout ce que je sais pour l'instant, c'est que Covid-19 n'est peut-être pas un égaliseur dans son apparition. Mais de toute façon, nous avons été et serons toujours tous égaux en tant qu'êtres humains dans notre riposte face à cette pandémie et dans notre rétablissement de cette maladie.
 

Takura Zhangazha est un professionnel des médias zimbabwéen. Une version plus longue de cette contribution a été publiée pour la première fois sur son blog privé : takura-zhangazha.blogspot.com


Section Afrique

Direction

Henrik Maihack

Contact

Konstanze Lipfert

Hiroshimastraße 17
10785 Berlin

030-269 35-74 41

030-269 35-92 17

E-Mail

 

Contact

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben