09.07.2020

Du Rire à la Menace Réelle

Le Maitre de conférences des Médias Robin Tyson décrit comment le virus se propage lentement mais constamment, même dans l'Etat le moins peuplé d'Afrique, la Namibie.

Image: of Ester Mbathera (The Namibian Newspaper) Rapporter la pandémie en tenue de protection. Des journalistes namibiens à Walvis Bay après avoir reçu des combinaisons EPI.

Tout a commencé par une conférence de presse organisée à la hâte un samedi matin du mois de mars avec le Ministre de la Santé. Il fait son apparition dans une petite salle de conférence remplie de journalistes pour informer la nation que deux ressortissants espagnols avaient été testés positifs pour la Covid-19 et étaient mis en quarantaine.

Non seulement sa conférence de presse a été tardive (et, à l'ère des médias sociaux, les pratiquants des medias en ligne étaient fâchés de gaspiller leurs précieuses données internet à attendre le ministre), mais il s'est avéré plus tard que les informations étaient incorrectes et que les deux touristes n'étaient pas de l'Espagne mais de la Roumanie. L'ambassade d'Espagne en Namibie a immédiatement publié un communiqué de presse pour corriger les fausses informations. Elle a également révélé le niveau de confusion du public à propos du virus. Par exemple, l'une des questions posées lors de cette première conférence de presse par un auditeur de Eagle FM était de savoir pourquoi cela ne touchait que les blancs. L'ancien ministre de la Santé s'est efforcé d'expliquer que, sous notre peau, nous sommes, médicalement tous les mêmes, et que le virus pourrait toucher tout le monde.

C'est le début d'une série régulière de briefings, d'abord avec le Ministre de la Santé, puis avec le Président, qui a ensuite détaillé une série de confinements, en commençant par la région de Khomas, puis en s'étendant à l'ensemble du pays. Les magasins ont été fermés, les ventes d'alcool ont cessé et les gens devaient porter des masques en public. Obligation était faite à tout le monde et le gouvernement a immédiatement commencé à verser 750 N$ (environ 45 $US) à tous les Namibiens économiquement touchés, ainsi qu'un soutien aux entreprises affectées, en particulier dans le domaine du tourisme. Les frontières internationales ont été fermées, entraînant ainsi une baisse immédiate du nombre de touristes visiteurs.

Des plans ambitieux ont été annoncés pour la construction rapide d'extensions d'hôpitaux à Walvis Bay (qui ne se sont jamais concrétisés) et le conseiller local de circonscription a remis des combinaisons complètes d'équipements de protection individuelle (EPI) aux journalistes locaux. Ils se tenaient sur le sable du désert, un peu perplexes dans leurs nouvelles tenues. Le Gouverneur de la région a déclaré plus tard que les journalistes « ne méritaient pas » l'équipement de protection.

Cependant, s’il faut faire une rétrospection, la Namibie était, en mars et avril, au calme avant la tempête. Les nombres de personnes contaminées étaient si bas que nous les connaissions, non pas par leur nom, mais dans des détails assez intimes. Des listes apparaissent chaque jour décrivant en détail les quelques cas signalés. Le cas numéro 10 concerne une Namibienne de 33 ans qui s'était rendue à Dubaï, en Éthiopie et à Johannesburg. Elle est arrivée en Namibie le 17 mars et a été testée positive. Les personnes placées en quarantaine étaient hébergées par le Gouvernement dans divers endroits dispersés, y compris des pavillons d'hôtes. A un endroit à Windhoek, il y a eu des plaintes concernant le niveau d'hébergement et la qualité de la nourriture servie.

Mais tout cela a changé fin juin. Soudain, il y a eu un pic de cas dans la ville côtière de Walvis Bay, des cas qui n'avaient apparemment aucun lien avec aucun des cas précédents de l'extérieur du pays. Sur un nombre de cas positifs de moins de 20, le pic s'est poursuivi, avec, par exemple, 72 cas déclarés en une seule journée (6 juillet 2020). Tous les cas signalés ce jour-là, à une exception près, provenaient de Walvis Bay.

Ainsi, bien que le reste du pays ait été soulagé comme étant au « niveau 4 » avec la réouverture des discothèques et des casinos, la région d'Erongo autour de Walvis Bay était à nouveau strictement confinée, aucun voyage n'étant autorisé au sein ou hors de la région en dehors des transports essentiels.

 

Des récits intrigants ont commencé à apparaître se référant aux lacunes liées au confinement, avec, par exemple, un fugitif présumé traversant une rivière en pirogue et un maire qui aurait traversé le désert pour visiter Walvis Bay pour « livrer des carcasses d'agneau ». Les deux se sont retrouvés en quarantaine.

Les tensions ont explosé lorsque certains médias indépendants se sont vu refuser l'accès à des événements tels que l'ouverture d'un centre d'isolement à l'hôpital central de Windhoek. L’excuse invoquée était soit la nécessité d’une « distanciation sociale », soit une « mauvaise communication » du Cabinet du Président. Des organisations telles que le Namibia Media Trust n'ont pas tardé à condamner l'exclusion apparente de médias indépendants de couvrir des sujets aussi importants.

Les médias ont également dû acquérir rapidement les compétences du journalisme multimédia, les journalistes de la presse écrite devant fournir une couverture vidéo en direct de toutes les conférences de presse avec leurs téléphones androïdes, ainsi que la rédaction d'articles pour leurs pages de médias sociaux et leurs éditions de presse. Cependant, l'une des victimes de la Covid-19 sera la presse écrite, des organisations médiatiques bien établies comme The Namibian annonçant des suppressions d'emplois généralisées dans leurs opérations.

Cela a également conduit à des erreurs dans la précipitation pour obtenir une copie en ligne. Un point de vente, « Informanté », a écrit sur la Covid-29, au lieu de la Covid-19. Une fois corrigée par un lecteur, ils ont répondu que « l'erreur a été récapitulée ». Un autre lecteur a par la suite dû corriger la correction.

Mais, en fin de compte, le pays et ses médias apprennent face à la dure réalité que - même dans le deuxième pays le moins peuplé au monde – la Covid-19 n'est plus un sujet de plaisanterie, mais quelque chose à prendre très au sérieux.


Robin Tyson est l'ancien Directeur de la Radio Nationale NBC et Professeur des Médias à l'Université de Namibie. Il est maintenant à la retraite et vit à Swakopmund.

Countries / regions: Namibia


  • Contact

    Section Afrique

    Direction

    Dr. Manfred Öhm

    Contact

    Konstanze Lipfert

    Hiroshimastraße 17
    10785 Berlin

    030-269 35-74 41

    030-269 35-92 17

    E-Mail

     

Contact

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben