SPRACHE
Leichte
Sprache
Menu
  • Bildung, Arbeit, Digitalisierung
    • Bildung und Wissenschaft
    • Arbeit
    • Digitalisierung
  • Demokratie, Engagement, Rechtsstaat, Kommunalpolitik
    • Demokratie
    • Engagement
    • Rechtsstaat
    • Kommunalpolitik
  • Flucht, Migration, Integration
    • Migrationspolitik
    • Integrationspolitik
    • Flüchtlingspolitik
    • Fluchtursachen
  • Gender, Jugend
    • Gender Matters - Geschlechtergerechtigkeit
    • Jugend
  • Geschichte, Kultur, Medien und Netzpolitik
    • Geschichte
    • Kultur
    • Medien und Netzpolitik
  • Gewerkschaften und gute Arbeit
    • Gewerkschaften international
    • Gewerkschaften national
  • Politik für Europa
    • Souveränes Europa
    • Demokratisches Europa
    • Wirtschafts- und Sozialpolitik in Europa
    • Friedens-und Sicherheitspolitik
  • Die Welt gerecht gestalten
    • Frieden und Sicherheit
    • Klimawandel, Energie und Umwelt
    • Weltwirtschaft und Unternehmensverantwortung
    • Internationale Gemeinschaft und Zivilgesellschaft
  • Wirtschaft, Finanzen, Ökologie, Soziales
    • Wirtschaft
    • Finanzen
    • Ökologie
    • Soziales
16.06.2020

La Chine en Afrique après le COVID-19

Michael Koen fait valoir que les pays africains ont besoin d'une position plus unifiée pour tirer parti des changements en cours dans le rôle des grandes puissances économiques.

Image: of Katumba Badru Sultan Des travailleurs ougandais à la cérémonie d'ouverture d'une nouvelle usine alimentaire chinoise, à Kapeeka, en Ouganda.

Alors que l'Afrique cherche du soutien pour faire face aux impacts économiques des tensions géopolitiques croissantes liées à la Covid-19 entre les États-Unis et la Chine - l'Europe étant coincée entre les deux - suggère un changement potentiel dans le rôle de ces grandes puissances économiques en Afrique. Cependant, les grands événements accélèrent généralement les tendances qui existaient auparavant ; ils n'inversent généralement pas la direction des événements.

La Chine a pris de l'importance en Afrique au cours des deux dernières décennies, en partie à cause de l'espace de plus en plus laissé ouvert par les États-Unis et l'Europe, mais aussi à cause des synergies entre les besoins et priorités des gouvernements africains et ceux de la Chine qui vont au-delà des récits de l'aide basée sur les conditionnalités combinées au comportement de recherche de ressources des pouvoirs libéraux. La Chine cherche à sécuriser les ressources en matières premières comme le font les pays occidentaux, cependant, la Chine voit clairement la démographie de l'Afrique comme une opportunité, à la fois comme un marché mais aussi comme une offre potentielle de main-d'œuvre, vu que la main-d'œuvre chinoise vieillit, se contracte et devient de plus en plus chère.

Basée sur son propre modèle de développement et facilitée par une capacité de développement des infrastructures excédentaire l’engagement de la Chine en Afrique se concentre depuis le milieu des années 90 sur le développement des infrastructures et le financement de projets. En conséquence, la Chine détient maintenant environ 20% de la dette de l’Afrique. Malgré le récit du « debt trap lending » (des prêts menant au piège de la dette) qui échappe à tout contrôle en Afrique, l'incidence réelle des actifs pour les échanges de dette est faible, et la croissance des prêts chinois semble s'être stabilisée depuis 2015.

Il était inhabituel pour la Chine d'accepter une offre de suspension de la dette multilatérale récemment élargie par le G20 pour permettre à certains gouvernements africains de disposer de l'espace budgétaire nécessaire pour répondre à la pandémie. Etant donné le caractère inadéquat de l'offre, la plupart des pays ne l'accepteront pas. La Chine a cependant clairement indiqué qu'elle négocierait bilatéralement l'allégement nécessaire de la dette. Ce faisant, elle semble accepter un programme multilatéral, mais en réalité, elle traitera avec les pays africains sur une base bilatérale.

Au-delà de la contraction immédiate de l'économie chinoise, il y aura - dans la période post-Covid - un potentiel pour une plus grande intégration économique entre la Chine et l'Afrique, bien qu'un véritable partenariat puisse encore être difficile à atteindre. Autant les relations sino-africaines sont fortes au niveau du leadership et entre les autorités étatiques, autant les relations entre les Chinois et les Africains sont faibles, manquent de confiance et ont parfois été tendues par des incidents racistes. L'exemple le plus récent étant le traitement des Africains dans la ville de Guangzhou et ailleurs en Chine pendant la pandémie, qui a conduit à des critiques sans précédent de la part des gouvernements africains invitant publiquement Pékin à fournir des explications. Ainsi, les détracteurs occidentaux qualifient les dons en nature d’EPI, de matériel médical et d’expertise, par la Chine de « Diplomatie masquée », destinés à cacher la nature de la Chine et ses intentions.

Cette interaction complexe entre politique identitaire et politique économique n'est bien sûr pas unique aux relations sino-africaines. Nonobstant les événements survenus aux Etats-Unis à la suite du meurtre de George Floyd, une récente vague d'activités de l'administration Trump et de la stratégie américaine « Prospérer l'Afrique » sont plus dirigées contre la Chine qu'elles ne sont en faveur des pays appelés « shithole countries », qui sont des « partenaires » prévus. L'Union Européenne (UE) utilise le langage d'un véritable partenariat entre égaux depuis plus d'une décennie, mais l'Accord de Cotonou et sa mise en œuvre suggèrent autre chose que cela. Les préoccupations et l'aide de l'UE sont et restent concentrées sur la limitation des migrations en provenance de la région et l'engagement avec les Etats africains a détruit l'Agenda Africain unifié.

S'il doit y avoir un dividende démocratique démontrable en Afrique, alors c'est le rôle de la société civile et des citoyens africains de tenir les Etats responsables et de promouvoir le multilatéralisme, car les récits et stratégies actuels avancés par la Chine et les pouvoirs libéraux sur l'Afrique par l'Afrique et les puissances libérales sapent l'espace pour un véritable récit multilatéral africain et une position pour émerger et prendre effet. Gagner des concessions de la Chine et d'autres pays est presque impossible à extraire pour les petites économies. La Zone de Libre-Echange Continentale Africaine qui devait entrer en vigueur en juillet représente le plus grand accord commercial depuis la formation de l'Organisation Mondiale du Commerce en 1995 avec une économie de l'Union Africaine (UA) d'une valeur de plus de 2,5 milliards de dollars américains. Dans cet esprit, les questions les plus importantes à ce stade devraient être les suivantes :

1. Quel sera le rôle du multilatéralisme africain dans la régulation des relations entre les gouvernements africains et la Chine, les Etats-Unis et l'Europe après la Covid-19 ?

2. Comment les mesures Covid-19 auront-elles un impact sur les relations entre les Etats africains et leurs citoyens, et sur leur capacité à influencer et à renforcer le multilatéralisme pour garantir que la croissance sera de nature inclusive ?

Alors que l'UA s'engage avec l'UE au terme de l'Accord de Cotonou, une position unifiée est désormais cruciale et pourrait constituer la base d'une position plus forte vis-à-vis de la Chine, notamment parce que l'Europe cherche peut-être le juste milieu entre les polarisations politiques de Washington et de Pékin.


Michael Koen est un spécialiste indépendant de l'éducation des travailleurs et un consultant en stratégie politique basé en Afrique du Sud.


Section Afrique

Direction

Henrik Maihack

Contact

Konstanze Lipfert

Hiroshimastraße 17
10785 Berlin

030-269 35-74 41

030-269 35-92 17

E-Mail

 

Contact

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben