17.06.2020

Bloguer pendant la Pandémie

Ce que nous savons et ce que nous ne savons pas. Quelques remarques sur la gestion d'un Coronablog pendant la Covid-19

Image: Collage Blog entries of Uganda Press Photo Awards

Une chose à propos de la pandémie est la pauvreté de pensée qui l'accompagne. Nous avons découvert que les principaux intellectuels et philosophes occidentaux entre New York, Londres, Paris et Karlsruhe ne disent rien d'original ou de vraiment significatif. Ils semblent seulement refondre leurs théories favorites, pratiquer leur cynisme bien répété ou projeter vaguement leurs espoirs perpétuels de changement dans le temps après la Covid-19. Les journaux intimes d'écrivains bien connus nous laissent gênés par la banalité de leurs observations. Une pandémie ne semble pas correspondre au schéma habituel des perceptions, à nos cadres analytiques ou aux sensibilités mentales des membres de nos classes culturelles.

Partout dans le monde, les blogueurs souffrent du même manque d'expression originale. Oui, il y a beaucoup d'humour, généralement repris par des gens ordinaires, qu'ils se distancient socialement ou se rebellent contre les édits du gouvernement - qui est ruminé encore et encore sur Twitter. Mais la réaction commune n'est qu'une augmentation de la vitesse des bulles de parole floues, un hyper-activisme alimenté par l’ennui au bureau à domicile, mais peu de changement vers une forme plus sérieuse de commentaire social.

Bref - des intellectuels aux blogueurs de tous les continents - nous ne savons pas tous quoi dire.

Cela rend difficile la gestion d'un blog alimenté par des auteurs dans plus de 40 pays subsahariens. Les voix de l'Afrique doivent être rassemblées et équilibrées par catégories de pays, de région, de langue, de sexe et de profession. Mais comment, en tant qu'auteur de ce blog, écririez-vous sur la réponse à Covid-19 dans votre voisinage, sans suivre le cycle fou des nouvelles et rendre ce que vous dites pertinent pour les lecteurs d'autres pays africains ou européens ? Cela n’est pas une tâche facile.

Pourtant, il y a des problèmes à gogo : l'impossibilité de la distanciation sociale contre les avantages des communautés solidaires ; le manque de protection sociale générale contre l’abondance de petits moyens de s'entraider ; le manque d'unités de soins intensifs et de lits d'hôpital contre l'expérience précieuse d'avoir réussi à faire face à d'autres pandémies ; l'effondrement des chaînes d'approvisionnement contre les mesures prises rapidement pour remplacer les importations ; le besoin urgent d'allégement de la dette internationale contre de nombreux exemples de résilience locale ; les capacités étonnantes de certains gouvernements à rallier leurs citoyens contre le manque possible d'alternatives à une immunité collective ; violations des droits de l'homme et actions politiques illégitimes sous le couvert du Covid-19 contre des activistes, des avocats et des journalistes qui ripostent même dans les limites du confinement.

Depuis plus de deux mois, notre série de blogs couvre un grand nombre de ces questions sous différents angles et selon différentes approches. Nous espérons qu'en décrivant ces ambivalences, nous avons réussi à fournir une représentation équitable des Africains dans leurs réponses à la pandémie.

Pourtant, même ici, sur le continent le plus innovant du monde, il semble y avoir un certain manque d'imagination et de prescription. Les professeurs titulaires ont eu du mal à exprimer leurs arguments sur une page et demie de texte. Les journalistes ont soudainement perdu le focus dans leurs écrits et ont erré sans but à travers leurs contributions. Les blogueurs, habitués à 280 caractères seulement, ont eu du mal à décrire l'impact du virus dans un pays ou un autre au format de plus de 700 mots.

Comme la plupart des présidents et des gouvernements africains ont copié et collé les mesures de confinement des pays occidentaux dans leurs contextes africains totalement différents, il y a eu, au moins initialement, une résistance populaire beaucoup moins importante que ce à quoi on aurait pu s'attendre, étant donné les niveaux de pauvreté et de moyens de subsistance précaires et l'impossibilité de la distanciation sociale. Les pauvres en fonction du chiffre d'affaires quotidien de leurs emplois sous-payés ne peuvent pas se permettre de travailler dans leur bureau à domicile ou d'être empêchés d'accéder à leur lieu de travail.

Pourtant, quatre mois après l’enregistrement du premier cas de Covid-19 sur le continent africain, la patience du public face à la pandémie s’est épuisée. Alors que le nombre d’infections augmente de plus en plus, de plus en plus de gouvernements ne voient pas d’autre solution que de mettre fin au confinement pour protéger les moyens de subsistance de leur population. Le continent africain va rencontrer la prochaine phase de sa réponse au virus.

Et alors que nous continuons à suivre la réponse des gouvernements et les réactions du peuple, que ce soit via « notre » blog, la presse locale ou les médias sociaux, alors que nous recueillons des preuves anecdotiques et citons des études de modélisation, il y a toujours un étrange manque de compréhension de la façon dont le virus se déplace et comment les gens réagissent. Avec moins de deux millions d’Africains testés, il n’existe toujours pas de données fiables, qui nous indiquent à quel point la Covid-19 est répandu dans les populations au niveau des pays. Et au-delà de toute la lecture et écriture sur la Covid-19 en Afrique, il est difficile de comprendre comment les gens ordinaires - un par un, les familles une par une, les communautés une par une - parviennent à faire face au virus.

Alors que les statues des colonialistes occidentaux sont renversées de leurs piédestaux et que la vie des Noirs semble soudainement avoir une importance n'importe où, la trajectoire réelle du virus du Caire au Cap, en passant par Mogadiscio, Abuja et Dakar, reste un mystère non résolu. Les vies noires comptent également en Afrique.


Rolf Paasch, FES Ouganda, est - ensemble avec Hans-Joachim Preuss, FES Bénin - co-coordinateur de ce blog.

Countries / regions: Afrika


  • Contact

    Section Afrique

    Direction

    Dr. Manfred Öhm

    Contact

    Konstanze Lipfert

    Hiroshimastraße 17
    10785 Berlin

    030-269 35-74 41

    030-269 35-92 17

    E-Mail

     

Contact

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben