15.07.2020

L'Afrique et la Covid-19 : A la recherche de nouvelles stratégies économiques ?

Hans-Joachim Preuss demande à la fin de notre série de blogs quelles leçons les gouvernements africains tireront de l'expérience de la pandémie à ce jour.

Image: of Anna Kućma, Uganda Press Photo Award (UPPA)

Il est encore trop tôt pour dire dans quel sens le virus va se propager sur le continent africain. Pourtant, en une soixantaine de contributions au cours des trois mois et demi écoulés, ce blog a jusqu'à présent tracé son chemin, décrivant la situation critique des femmes du marché au Cameroun et le fardeau des migrants en Afrique de l'Ouest ; soulignant les menaces qui en découlent pour la liberté de la presse partout dans le monde et le modèle commercial des institutions religieuses au Nigeria ; en examinant comment les conflits au Mali, au Sud Soudan et dans la Corne de l'Afrique sont exacerbés par la pandémie et comment la Chine adapte sa stratégie africaine à la Covid-19 ; mais aussi en montrant comment les pays africains ont appris à lutter contre de multiples maladies et comment la photographie africaine commence à « s'approprier ses histoires » ; et en nous fournissant des perspectives féministes et des prescriptions économiques.

Dans de nombreux pays, les taux d’infection augmentent à un rythme alarmant, dans d'autres, ils diminuent, dans d'autres encore, le nombre de personnes infectées chaque jour reste le même. Un examen plus approfondi des statistiques respectives révèle que certains jours il n'y a aucun rapport, que les chiffres sont parfois corrigés rétrospectivement ou que le cours des événements semble erratique, ce qui est plutôt atypique pour les pandémies. A l'exception des Etats insulaires tels que Maurice et Cap-Vert, le nombre de tests pour un million d'habitants est inférieur à la moyenne au plan mondial ; un tiers des pays africains ne déclarent pas du tout le nombre de tests effectués. Ainsi, les déclarations sur la propagation du virus dans les populations respectives ne sont pas très significatives et cachent la réalité. Heureusement, les décès sont encore relativement bas, ce qui est en partie dû à la forte proportion de jeunes.

Au niveau national, les gouvernements continuent généralement de se concentrer sur la gestion des crises. La principale préoccupation est de soigner les malades et d'entretenir les quelques unités de soins intensifs, de mettre en place des mesures sociales pour les personnes directement touchées et de préparer des mesures de soutien au secteur privé. Dans une grande mesure, cela se fait avec l'aide de partenaires étrangers, soit bilatéralement, soit avec des institutions multilatérales. L'assistance technique et la facilitation du service de la dette par le biais de moratoires sur les intérêts et le rééchelonnement des remboursements de prêts sont au premier plan des discussions.

Peu de réflexions officielles sont faites sur les conséquences économiques et sociales à moyen et à long terme de la pandémie mondiale. Cependant, il est vrai que le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques et l'Union Africaine publient constamment de nouveaux chiffres sur la mesure dans laquelle la contraction des économies en Europe, en Asie et en Amérique affectera les taux de croissance du continent dans les années à venir. Le FMI estime et s’attend à ce que la production économique du continent diminue jusqu'à 2% cette année. Il y a seulement six mois, une croissance de 5% était prévue. Avec une croissance démographique annuelle de 2,7%, les revenus moyens sont soumis à de graves tensions.

Compte tenu de l'hétérogénéité des sociétés et des économies africaines, aucune recommandation d'action ne peut être déduite des données mondiales pour un pays individuel. Les pays exportateurs de pétrole comme le Nigeria, l'Algérie et l'Angola perdront la moitié de leurs recettes d'exportation en 2020. Les prix des produits agricoles africains tels que le coton, l'huile de palme et le soja ont fortement chuté depuis mars de cette année. En revanche, le riz, qui est devenu la denrée alimentaire la plus importante pour les ménages africains, en particulier les ménages urbains, est devenu plus cher. De plus, les remises de fonds effectués par les migrants africains à leurs familles sur le continent sont susceptibles de baisser d'environ un quart cette année. Des pays comme la Gambie, le Cap-Vert ou le Lesotho, par exemple, dont le revenu national est couvert par ces remises de plus de 10% à peu près et où plus d'un tiers de la population en dépend, sont extrêmement affectés. Beaucoup de gens auront à se serrer la ceinture.

Le ralentissement de la demande dans les pays industrialisés et émergents met en évidence la nécessité d'une transformation structurelle des économies africaines, qui dépendent principalement des exportations de matières premières pour que les chocs extérieurs aient moins d'impact. Cependant, cela nécessite non seulement des réformes dans les pays eux-mêmes, mais aussi une transformation des relations commerciales internationales de telle sorte que les investissements dans les chaînes de valeur nationales et régionales soient utiles, que la productivité dans l'agriculture et l'industrie manufacturière augmente et que des emplois soient créés en Afrique.

Une réorientation stratégique nécessite des réponses à un certain nombre de questions, qui doivent bien entendu être adaptées aux conditions-cadres nationales respectives.

Premièrement, il convient de préciser vers quels marchés la production nationale doit être orientée. Bien que les flux commerciaux de l'Afrique se soient déplacés plus fortement vers l'Asie de l'Est et du Sud-Est ces dernières années, ils sont - comme leurs principaux marchés européens précédents concentrés sur les produits non transformés et les matières premières. Cependant, la diversification et la création de valeur rendent nécessaire une plus grande attention aux marchés nationaux et régionaux. La création de la zone de libre-échange africaine ne fournit que le cadre juridique pour l'accroissement du commerce intra-africain ; la volonté politique et l'action politique sont essentielles à sa réalisation.

Deuxièmement, il faut déterminer quelles chaînes de valeur bénéficieront d'un appui spécial. Outre les marchés de vente déjà mentionnés, les critères de sélection sont la disponibilité des matières premières locales, les effets sur l'emploi et les effets sur les secteurs en amont et en aval.

Enfin, des décisions d'allocation doivent être prises concernant à la fois les infrastructures physiques (approvisionnement en énergie, transport et communication) et le capital humain (éducation, santé, sécurité sociale).

La grande volonté actuelle des partenaires internationaux de soutenir le continent africain devrait être utilisée pour concevoir et mettre en œuvre ces stratégies nationales. Les gouvernements africains utiliseront-ils le choc de la Covid-19 et les leçons de la pandémie pour rechercher de nouvelles approches nationales pour une transformation économique durable et plus inclusive ? L'appel du clairon était assez fort …


Hans-Joachim Preuss est le représentant résident de la Friedrich-Ebert-Stiftung à Cotonou/Bénin et co-animateur de ce blog.


  • Contact

    Section Afrique

    Direction

    Dr. Manfred Öhm

    Contact

    Konstanze Lipfert

    Hiroshimastraße 17
    10785 Berlin

    030-269 35-74 41

    030-269 35-92 17

    E-Mail

     

Ansprechpartner

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben