SPRACHE
Leichte
Sprache
Menu
  • Bildung, Arbeit, Digitalisierung
    • Bildung und Wissenschaft
    • Arbeit
    • Digitalisierung
  • Demokratie, Engagement, Rechtsstaat, Kommunalpolitik
    • Demokratie
    • Engagement
    • Rechtsstaat
    • Kommunalpolitik
  • Flucht, Migration, Integration
    • Migrationspolitik
    • Integrationspolitik
    • Flüchtlingspolitik
    • Fluchtursachen
  • Gender, Jugend
    • Gender Matters - Geschlechtergerechtigkeit
    • Jugend
  • Geschichte, Kultur, Medien und Netzpolitik
    • Geschichte
    • Kultur
    • Medien und Netzpolitik
  • Gewerkschaften und gute Arbeit
    • Gewerkschaften international
    • Gewerkschaften national
  • Politik für Europa
    • Souveränes Europa
    • Demokratisches Europa
    • Wirtschafts- und Sozialpolitik in Europa
    • Friedens-und Sicherheitspolitik
  • Die Welt gerecht gestalten
    • Frieden und Sicherheit
    • Klimawandel, Energie und Umwelt
    • Weltwirtschaft und Unternehmensverantwortung
    • Internationale Gemeinschaft und Zivilgesellschaft
  • Wirtschaft, Finanzen, Ökologie, Soziales
    • Wirtschaft
    • Finanzen
    • Ökologie
    • Soziales
10.06.2020

L'Afrique et la Covid-19 : Comment traduire les Dangers en Risques

Le sociologue mozambicain Elísio Macamo demande si l'adoption précipitée par l'Afrique des modèles de confinement occidentaux n'a peut-être pas détruit son infrastructure sociale.

Image: of Salomon Djidjoho Pas de survie sans risque : des vendeurs de poissons à Ganvié, au Bénin.

Une pandémie comme la Covid-19 est un danger qui pose un défi presque insurmontable à tous les mécanismes d'adaptation en Afrique. L'Afrique est dans un état de crise permanent, en grande partie à cause de sa position dans le concert des nations. Cela signifie que la position par défaut du continent consiste à toujours traduire les dangers en risques.

Ecrivant sur la différence entre danger et risque, le sociologue allemand Niklas Luhmann a décrit le premier comme un événement externe aux conséquences potentiellement dommageables dont nous ne sommes pas conscients, et le second comme quelque chose entraînant la décision consciente de faire quelque chose à la suite d'un engagement critique avec l'événement externe.

Cette distinction a conduit la sociologie du risque à assumer le danger et le risque corrélés aux pays sous-développés et développés en mettant l'accent sur deux choses. L'un était la connaissance, à savoir l'idée que là où la science n'est pas forte, les gens ne sont pas conscients de ce qui représente un danger pour leurs moyens de subsistance, devenant ainsi des victimes passives des circonstances. L'autre était la technologie, c'est-à-dire la capacité technique de répondre à ce que l'on sait. La recherche a montré à quel point cette distinction est problématique. Dans mes propres recherches sur la gestion des événements extrêmes, j'ai découvert que la prise de risques est une constante anthropologique. Prendre des risques décrit la nature de l'action humaine.

La logique est la même, qu'il s'agisse d'individus, de communautés ou de pays. Chacun est toujours en train de traduire les dangers en risques, car agir pour pouvoir agir transforme les dangers en risques calculés. Cependant, ce qui rend difficile pour l'Afrique de le faire, c'est la mesure dans laquelle les conditions structurelles ne permettent pas toujours au continent d'entreprendre ce processus de traduction à ses propres conditions. Le développement est en fait une lutte entreprise par les pays pour se permettre de définir les risques selon leurs propres termes dans des cadres largement indépendants de leur volonté.

En ce sens, la Covid-19 ne présente aucun type de danger particulièrement différent pour l'Afrique. Comme pour tout le reste du monde, les pays africains doivent faire tout ce qui est possible pour assurer leur propre existence en tant que nations, la réponse à cette pandémie a suivi un schéma familier. Ils doivent décider de prétendre être des sociétés « normales » et de faire le même genre de choses que les autres, ou emprunter une voie différente au risque de donner l'impression de manquer d'engagement envers la santé publique.

Dans la plupart des pays développés, l'aléa de la Covid-19 s'est traduit en risque par un mécanisme simple : il a été perçu comme une menace pour les infrastructures sanitaires nécessitant des taux d'infection lents, le soi-disant aplatissement de la courbe, afin de protéger l'infrastructure et de s’assurer qu'elle répond adéquatement. Lorsque plusieurs pays africains se sont empressés de déclarer des mesures de confinement de toutes sortes, ils ont essentiellement adopté la traduction des pays développés. Ils n'ont pas réussi à tirer parti de leur propre expérience de la gestion des crises en donnant à leurs peuples les moyens de se débrouiller par eux-mêmes.

La nature de la pandémie en Afrique n'a pas laissé aux nations africaines le choix entre sauver des vies ou protéger le tissu économique. Au contraire, et aussi cruel que cela puisse paraître, il a placé le choix entre permettre à de nombreux africains de mourir sans protéger le tissu économique, ou permettre à de nombreux africains de mourir tout en protégeant le tissu économique. Avec la hâte d'adopter des mesures de confinement, les pays ont effectivement retiré la protection de la seule infrastructure qui a servi raisonnablement bien l'Afrique pendant de nombreuses années, à savoir l'infrastructure sociale. Une traduction locale du risque aurait nécessité d'identifier des mesures pour réduire la probabilité d'infection tout en se battant seul.

En effet, en Afrique, sortir dans la rue pour garantir ses moyens de subsistance au risque d'infection est ce que les individus doivent faire pour avoir une vie qui mérite d'être protégée. Enfermer les gens à la maison les rend encore plus vulnérables, car cela les rend non seulement dépendants des autres pour leur survie, mais aussi parce que cela leur enlève la seule chose qui donne un sens à leur vie, à savoir les risques qu'ils prennent pour assurer leur propre vie.

Il est probablement encore trop tôt pour dire si le sort annoncé et qui ne s'est pas concrétisé - jusqu'à présent, l'Afrique n'a connu aucun des scénarios d'horreur que les personnes et les institutions du monde entier ont entrevus - a démenti les mesures précipitées adoptées par les pays africains. Il est clair, cependant, que de telles mesures ont sérieusement dérogé aux cultures locales du risque, de sorte que si les incidents surviennent, ce ne sera pas la Covid-19 qui tuera des personnes, mais plutôt les mesures prises pour empêcher le virus de tuer des personnes.


Elísio Macamo est Professeur de Sociologie et Etudes Africaines à l'Université de Bâle, en Suisse. Il dresse un rapport sur ses recherches sur le risque en Afrique dans sa publication « Apprivoiser le Destin - Approches du Risque dans une Perspective d'Action Sociale - Etudes de cas du Sud du Mozambique », Dakar 2017 : CODESRIA.


Section Afrique

Direction

Henrik Maihack

Contact

Konstanze Lipfert

Hiroshimastraße 17
10785 Berlin

030-269 35-74 41

030-269 35-92 17

E-Mail

 

Contact

Hans-Joachim Preuss
Hans-Joachim Preuss
nach oben