Ouganda

En dépit du rétablissement en 2006 du multipartisme en Ouganda, au terme de plusieurs décennies de dictature et de guerre civile, le pays doit pouvoir s’appuyer sur des acteurs indépendants et un cadre juridiquement contraignant, qui lui font actuellement défaut.  À travers son action politique, l’élite dirigeante vise non pas à instaurer un vaste processus de démocratisation et de développement du pays, mais à asseoir son propre pouvoir. Celui-ci se caractérise par la domination restrictive et autocratique exercée depuis 1986 par le Président Yoweri Museveni, fondée sur une militarisation de la politique et de la société. La suprématie militaire dans la région se reflète également à travers l’envoi de troupes en missions de paix sur le continent ou dans des pays voisins comme le Soudan du Sud ou la République démocratique du Congo. La « sécurisation du développement » met en évidence le caractère antilibéral de la politique nationale.

Le régime semi-autoritaire contrôle rigoureusement l’espace dont disposent les acteurs politiques et sociaux ainsi que tout discours critique. Les divergences d’opinion dans ses propres rangs sont réprimées par le Président, et par ses collaborateurs dans les régions situées au centre et à l’ouest du pays. Le parti au pouvoir, le NRM, se soucie peu d’instaurer un ordre social juste et de permettre à de larges pans de la population de participer à la vie politique.

Sur cette toile de fond, la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), qui œuvre dans le pays depuis 1967 mais de façon intermittente, s’efforce de favoriser le dialogue critique en offrant une plateforme permettant aux forces démocratiques et aux différentes positions de s’exprimer. Elle cherche ainsi à analyser de manière systématique les problèmes de politique publique émergents et à susciter une prise de conscience quant au fait que d’autres approches, notamment en matière de politique économique et sociale, sont nécessaires et possibles, mais seul un système démocratique participatif permettra de les concrétiser. L’action menée dans les domaines de la politique de l’emploi et de la politique sociale se rapporte notamment au salaire minimum et aux injustices de l’agenda pour la croissance.

Pour en savoir plus sur notre action en Ouganda, consulter le site web du projet.

Publications sur l'Ouganda

Olum, Yasin

The federal question in Uganda

Kampala, 2014

Download publication (1 MB)


Tangen, Sarah

Wachhund ohne Zähne

der Anschein freier Medien in Uganda
Berlin, 2013

Download publication (680 KB, PDF-File)


African media barometer

the first home grown analysis of the media landscape in Africa ; Uganda 2012
Windhoek, 2012

Download publication (920 KB, PDF-File)


Tangen, Sarah

Einer für alle und alle für einen?

Vom möglichen (Alp)traum politischer Parteienkooperation in Uganda
Berlin;Bonn, 2010

Download publication (83 KB, PDF-File)


African media barometer

the first home grown analysis of the media landscape in Africa ; Uganda 2010
Kampala;Bonn, 2010

Download publication (2 MB, PDF-File)


  • Contact

    Section Afrique

    Contact à l'intérieur

    Bodo Schulze

    Friedrich-Ebert-Stiftung
    Hiroshimastraße 17
    10785 Berlin

    +49 30-269 35-74 09

    +49 30-269 35-92 17

    E-Mail


    Contact à l'étranger

    Bureau en Ouganda

    Rolf Paasch
    Friedrich-Ebert-Stiftung
    P.O.Box 3860
    EAU Kampala
    Uganda

    00256-414-34 55 35

    00256-414-25 65 59

    E-Mail

  • Expertise
nach oben